Top 8 des meilleurs mangas de samouraï

Le 22-06-2021 par Sari qui parle de Manga Top Samouraï

Top meilleurs mangas samouraï

Héros de nombreux films de sabre japonais classiques, le samouraï est, paradoxalement, peu utilisé dans le manga. Certes, son ombre plane sur de nombreuses œuvres, mais en tant que tel, on ne le retrouve que dans très peu de bandes dessinées japonaise (de qualité j'entends). J'ai donc réuni dans cet article, pour vous, la crème de la crème des mangas japonais de samouraï. Mais avant tout, on va se poser la question : c'est quoi un samouraï ?

Petite parenthèse historique et culturelle sur les samouraïs

Depuis le Xe siècle, le samouraï est un membre de la classe guerrière japonaise. Au départ simple paysan conscrit, il va peu à peu se professionnaliser et devenir la base militaire d'élite des différents Daimyo, des seigneurs de guerre et propriétaires terriens qui se sont partagés le Japon durant l'époque Sengoku (ère des provinces en guerre). Le samouraï est donc avant tout un guerrier au service d'un maître et d'un clan auquel il consacre son existence.

Le Bushido est son code d'honneur et la maîtrise du sabre son art. Un samouraï sans maître est appelé un rōnin. Ce statut est déshonorant pour un samouraï, car il résulte souvent d'une faute, d'une défaite ou de la destruction d'un clan. Au XIXe siècle, durant l'ère Meiji et l'ouverture au commerce du Japon, les samouraïs vont perdre leurs prérogatives. Certains vont se révolter, d'autres vont accepter leur nouveau statut de Shizoku et se fondre dans la société japonaise moderne.

Une histoire longue de plusieurs siècles qui a inspiré plusieurs mangas de samouraï géniaux que je vous présente dès maintenant.

8. Le Samouraï Bambou : entre classicisme et onirisme

couverture et planches de Le Samouraï Bambou

On débute notre top avec l'œuvre d'une pointure moderne du manga : Taiyō Matsumoto. Vous le connaissez sûrement, car c'est l'auteur d'Amer Béton. Mais aujourd'hui, c'est de son manga féodal que l'on parle, le samouraï bambou.

Durant l'ère Edo, le jeune rônin Soïchirô Senô monte à la capitale. Bretteur exceptionnel, il décide de troquer son sabre contre une épée de bois en bambou. Derrière ce synopsis simple et classique, se dissimule une œuvre complexe et foisonnante.

Son style visuel s'inspire fortement des estampes japonaises, mais propose une approche plus moderne grâce à des personnages loufoques et solaires, Soïchirô Senô en tête, une narration parfois éclatée et des passages oniriques propres au style de Matsumoto.

7. Basilisk : Roméo et Juliette au pays des ninjas

couverture et planche de Basilisk

OK, là je triche un peu. On est plus dans une histoire de ninjas que de samouraïs, mais tant pis. Le shogun Ieyasu Tokugawa hésite entre ses 2 fils pour lui succéder. Logiquement, il propose alors aux 2 clans ninjas principaux du pays de représenter chacun l'un de ses 2 fils et de s'entretuer gaiement pour décider de qui sera son successeur.

Coup de chance, le clan Iga et le clan Kôga se haïssent cordialement. Coup de malchance, les 2 héritiers des clans, eux, sont amoureux l'un de l'autre. Résultat, on assiste à des combats haletants, ultra-violents, avec des pouvoirs plus fous les uns que les autres et des retournements de situation inattendus.

Du grand art ! Mais si la narration est au rendez-vous, le dessin est un peu en reste, car les auteurs (Masaki Segawa et Fūtarō Yamada) abusent parfois un peu trop des procédés numériques, ce qui donne un style "Gantzien" au manga qui ne colle pas vraiment avec l'époque contée.

6. Kenshin le vagabond : Naruto à l'ère Meiji

couverture et planches de Kenshin le vagabond

Pour beaucoup, Kenshin le vagabond est le meilleur manga de samouraï de tous les temps. Mais personnellement, ayant découvert le personnage de Kenshin au travers de l'OAV crépusculaire et désespéré Kenshin le vagabond - le chapitre de la mémoire, le manga m'est apparu un peu trop lisse et enfantin. Pourtant, on est devant un shōnen plutôt mature et réussi de Nobuhiro Watsuki. Le travail de reconstitution est convaincant, les personnages attachants, les combats impressionnants, les dessins efficaces, et l'histoire tient en haleine sur la longueur... Bref ! Tout est bien en place pour passer un bon moment.

5. L'habtiant de l'infini : Le guerrier immortel qui voulait mourir

couverture et planches de l'habitant de l'infini

L'habitant de l'infini est l'une de ces œuvres qui prennent leur temps pour dévoiler leurs richesses. La trame est simple : un guerrier est affublé d'un mal surnaturel. Chaque fois qu'il meurt, un ver présent dans son corps reconstitue ses tissus. Pour se libérer de cette malédiction, il doit massacrer 1 000 scélérats. Ce qui frappe en premier, avec ce manga, c'est son style graphique très personnel.

Samura a un coup de crayon à la fois brouillon et précis et travaille exclusivement à l'encre de chine. Résultat, les combats sont incroyablement dynamiques et violents. Quant au scénario, il se divise en plusieurs arcs avec des personnages à la psychologie très travaillée.

4. Gintama : les extraterrestres débarquent au Japon féodal

couverture et planches Gintama

Comment vous vendre Gintama... C'est un shōnen qui parodie toute l'industrie culturelle japonaise, des mangas au dramas en passant par les émissions de télé et d'autres éléments de pop culture et même des personnages historiques.

Pour créer ce décalage, Hideaki Sorachi a créé un univers parallèle où le Japon du XIXe siècle est sous la coupe d'extraterrestres appelés les Amanto qui imposent aux samouraïs d'abandonner leur sabre. Gintoki Sakata refuse de se soumettre à cet état de fait et entre 2 gags débiles ou brillants (mais toujours drôles !), il lutte pour la liberté du pays.

3. Satsuma l'honneur de ses samouraïs : ou l'art du seppuku spectaculaire

couverture et planches Satsuma

Œuvre en 6 tomes d'Hiroshi Hirata, Satsuma, l'honneur de ses samouraïs se démarque par son aspect réaliste. Contant l'histoire vraie de samouraïs forcés d'aller aider les habitants d'un fief voisin victimes d'une crue, Satsuma propose une vision violente, mais très documentée des relations sociales de l'époque.

On y découvre l'ambivalence du concept d'honneur des samouraïs qui les poussent à des seppukus (suicide rituel) plus barbares les uns que les autres, et également à des actes odieux ou très altruistes envers les populations paysannes. Quant au trait de crayon d'Hiroshi Hirata, il est d'un dynamisme et d'une intensité rarement égalés.

2. Lone Wolf and Cub : L'œuvre culte de Kazuo Koike

couverture et planches Lone Wolf and Cub

Chef d'œuvre intemporel de Kazuo Koike, Lone Wolf and Cub raconte l'histoire d'Ogami Ittō, l'exécuteur du shogun. Suite à une manipulation du clan Yagyū, sa femme est assassinée et il est accusé de meurtre. Traqué et déshonoré, il parcourt les routes du Japon accompagné de son fils Ogami Daigoro qu'il transporte dans une sorte de poussette. Il loue ses services d'assassin professionnel pour 500 Ryō tout en essayant de se venger de ses ennemis. Le classique des classiques du manga de samouraï parfaitement adapté au cinéma par Kenji Misumi dans les années 70.

1. Vagabond : La vraie histoire (ou pas !) de Miyamoto Musashi

couverture et planches  Vagabond

Sur la première marche de ce top des meilleurs mangas de samouraï, je place donc Vagabond. Adaptation manga du classique de la littérature japonaise, Musashi (2 tomes), on y suit les aventures romancées du célèbre samouraï (et peintre, et calligraphe et philosophe) Miyamoto Musashi.

L'histoire commence dans le charnier de la bataille de Sekigahara en 1600 à laquelle Shinmen Takezo participe. Rejeté par les habitants de son village à son retour, il se lance sur les routes du Japon avec un seul objectif : devenir le plus grand samouraï du pays. Pour cela, il va devoir affronter et massacrer les représentants des principales écoles de sabre.

Très vite, il se taille une réputation de guerrier sans honneur et sans peur sous le pseudonyme de Miyamoto Musashi. Mais au fur et à mesure de ses pérégrinations, il va peu à peu s'échapper de cette spirale meurtrière pour devenir plus sage et retrouver la paix intérieure.

Ce manga d'initiation de Takehiko Inoue est parfait sous tous les points. Les personnages, les dessins, l'intrigue, les combats... rien n'est à jeter. C'est, sans conteste, le meilleur manga de samouraï de tous les temps (pour moi).

A propos de l'auteur Sari

J'ai découvert la lecture avec la sainte trinité de la BD franco-belge : Astérix, Tintin et Lucky Luke. Au collège, j'ai dévoré la section Bande dessinée du CDI et plus particulièrement les séries Thorgal, Alix et Gaston Lagaffe. J'ai lu ...
Voir son profil complet